Les ex ne meurent jamais de Eric Essono Tsimi

14.00

Certains passages m'ont fait hurler de rire. D'autres juste sourire et de très beaux passages m'ont donné matière à réfléchir. Le ton décalé, le rythme qui s'accélère, voire s'affole, le second degré, l'ostentation assumée.

 

Les ex ne meurent jamais de Eric Essono Tsimi

Certains passages m’ont fait hurler de rire. D’autres juste sourire et de très beaux passages m’ont donné matière à réfléchir.

Le ton décalé, le rythme qui s’accélère, voire s’affole, le second degré, l’ostentation assumée. C’est très difficile à réussir, un vrai défi.

L’auteur le relève bien. La langue est belle, classique et maîtrisée, alors elle peut se permettre des dérapages contrôlés.

En filigrane, il y a la tristesse de l’exil, les premières fois initiatiques, les inoubliables premiers émois, un Yaoundé mythifié, l’adolescence et ses affres, la position décalée, à la fois avide et critique, de l’intellectuel

Y.M.

Parution 2017